Anne Barzin

LA SÉCURISATION DU SÉPARATEUR DE CHAUSSÉE SUR LA RN921 A HAUTEUR DE SORÉE

Suite au dramatique accident du 11 novembre 2013, la Députée Anne Barzin a souhaité interroger le Ministre Di Antonio sur la sécurisation du séparateur de chaussée, situé sur la RN 921, à hauteur de Sorée.

M. le Président.

 

L'ordre du jour appelle la question orale à M. Di Antonio, Ministre des Travaux publics, de l'Agriculture, de la Ruralité, de la Nature, de la Forêt et du Patrimoine de Mme Barzin, sur « la sécurisation du séparateur de chaussée sur la RN921 à hauteur de Sorée ».  La parole est à Mme Barzin pour poser sa question.

 

Mme Barzin (MR)

 

Monsieur le Président, Monsieur le Ministre, chers collègues, ma question porte sur la sécurisation du séparateur de chaussée sur la RN921 à hauteur de Sorée. Il est vrai que le dramatique accident du 11 novembre dernier a beaucoup interpellé. De plus, quand on voit les statistiques sur cet aménagement qui a été mis en place en 1995 et le nombre d'accidents qui ont déjà été provoqués, le nombre de décès qui en ont découlé, on ne peut pas rester sans réaction. Quand on voit aussi les photos de ce lieu, on a l'impression que le mur en briques n'est pas le bon dispositif pour donner plus de sécurité à cet endroit. Je le sais bien, c'est une route qui est actuellement provinciale. On sait aussi qu'elle sera bientôt transférée à la Région wallonne. Vu le nombre d'accidents qui ont déjà eu lieu à cet endroit, je pense, comme lui, que l'on ne peut pas attendre ce transfert de compétences pour agir. On a pu lire dans la presse que la porte-parole du SPW était prête à prendre des mesures à ce niveau-là. Je voulais savoir, Monsieur le Ministre, si vous confirmiez la volonté qui avait été exprimée dans la presse, il y a quelques, jours par la porte-parole du SPW de prendre des mesures pour sécuriser le séparateur de chaussée. Une étude avait-elle déjà été réalisée à ce sujet ? Comme de nombreux accidents ont déjà été répertoriés à cet endroit, avez-vous des solutions concrètes et rapides à mettre en oeuvre ? On sait qu'au niveau provincial, on réfléchit au placement d'un nouveau feu LED, un nouveau panneau « 70 Km/h » et, éventuellement, à la mise en place d'un radar dissuasif. On sait aussi que la Commission provinciale de Sécurité routière aura une réunion demain et que ce sujet sera abordé. Avez-vous quelques éléments d'information à nous donner déjà aujourd'hui? Allez-vous faire en sorte que des mesures urgentes soient prises pour améliorer la situation à cet endroit et, surtout, éviter qu'au niveau des pouvoirs publics, l'on se renvoie la balle sur un sujet bien sensible ? On a tous été interpellés par les proches des deux victimes.

 

 

M. le Président.

 

La parole est à M. le Ministre Di Antonio.

 

M. Di Antonio, Ministre des Travaux publics, de l'Agriculture, de la Ruralité, de la Nature, de la Forêt et du Patrimoine. Madame la Députée, il est toujours désolant d'apprendre de tels accidents avec des conséquences aussi dramatiques. Cela semble être un endroit très dangereux. Pour ce qui est des responsabilités, c'est clairement une voirie provinciale aujourd'hui et exactement jusqu'au 1er janvier 2015. Dans ce cas, il ne revient pas à l'administration régionale d'intervenir à cet endroit ni de financer des aménagements. Le choix d'y apporter des aménagements sécuritaire est du seul ressort de la province qui en est totalement gestionnaire. Pour rappel, la tutelle revient donc bien à mon collègue, le ministre Furlan. Cela étant, le transfert des voiries provinciales est bien prévu le 1er janvier 2015. Lorsqu'une province décide d'entreprendre des aménagements sur ses routes, notre administration se propose de prendre part aux réflexions qui sont étudiées. L'objectif est de ne pas reprendre, demain, des routes avec de nouveaux problèmes de sécurité ou des aménagements qui seraient contraires aux recommandations appliquées par la Région wallonne sur ses propres routes. Donc, dans l'attente du transfert, nous participons aux réunions lorsque l'on nous le demande. On essaye même d'être demandeur pour être présent à ces réunions pour faire des aménagements dont nous reprendrons ensuite la continuité en 2015. Ainsi, une réunion de la Commission provinciale de Sécurité routière est prévue le 10 décembre prochain. La question de ce fameux ilot ralentisseur de vitesse y sera abordée. De prime abord, la réunion de la Commission provinciale de la Sécurité routière prévue demain devrait consister en un échange de point de vue et de propositions d'améliorations ponctuelles en sus des aménagements prévus par la province. Le SPW y jouera donc essentiellement un rôle de conseiller technique ; la province gardant toujours la main, jusqu'à nouvel ordre, en matière de responsabilité et de travaux sur ses voiries. Je suis désolé, mais je n'ai pas la possibilité d'intervenir financièrement, avec des travaux sur une voirie telle que celle-là. Ce serait anticiper un transfert qui n'est pas aujourd'hui, officiel. On a même déjà des débats sur les services d'hiver. Là, on a parfois pu trouver des accords en transférant, via des marchés en cours avec des entreprises privées, certains tronçons provinciaux. Cette question se posera l'hiver prochain. Le transfert se faisant le 1er janvier, on ne va pas passer un contrat à la province jusqu'au 31 décembre pour le déneigement et l'entretien hivernal du réseau et puis, au 1er janvier, basculer vers le SPW. Cette date-créneau pose donc quelques problèmes, mais il faut y passer.

 

 

M. le Président. - La parole est à Mme Barzin.

 

Mme Barzin (MR).

 

Je remercie le ministre pour ces éléments d'information. Ici, on ne remettait pas en question la compétence provinciale actuelle, mais c'est vrai qu'il est intéressant de prévoir aussi à moyen terme. En janvier 2015, on y sera vite, mais si on peut éviter des travaux à cet endroit avant, il faut prendre des mesures d'urgence, mais ne pas lancer toutes des études ou procédures, seulement quand la Région wallonne sera compétente à ce niveau-là. Il est vrai que j'avais été induite en erreur avec un commentaire que j'avais pu lire dans la presse. Cela donnait l'impression que le SPW était déjà prêt à intervenir pour autre chose qu'une réflexion à ce niveau- là. Je pense que c'est important de bien suivre les aménagements qui seront pris par la province. En ce qui concerne le passage de 90 à 50 kilomètres par heure, à seulement 50 mètres du dispositif, C'est quelque chose qui devrait pouvoir être revu et la commune devrait pouvoir proposer quelque chose à ce niveau-là et ensuite, demander une approbation de la Région wallonne. C'est en tout cas important de pouvoir prévoir des aménagements de plus grande ampleur à cet endroit-là pour éviter encore, des accidents dramatiques.

 

 

 

 

 


Toutes les actus

Haut de page

© Copyright 2017 - Anne Barzin - Namur
All rights reserved | Communication - Création de site Internet: E-net Business
Otpimisation Adobe Macromédia Flash


© Copyright 2017 - Anne Barzin
Val des Rois, 16
B-5100 Wépion (Belgique)
Tél. 081 246.920
www.anne-barzin.be

All rights reserved | Communication - Création de site Internet : E-net Business